Tous les articles classés dans : Actus

Les Deux Mégots devient « Les Dégommés »

Update : Les Deux Mégots, forcés de changer de nom à cause de leur presque homonyme Les Deux MAgots de la rive gauche, deviennent « Les Dégommés ». Outre un effet sonore, ils ont voulu faire de cette faiblesse une force, et c’est plutôt bien vu ! Ils se sont fait dégommés ? Beh, rien ne les atteint.   Coup de cœur. Lisez jusqu’au bout (y’a un effet crescendo). Pas une seconde on ne s’attend à une quelconque surprise en arrivant dans ce petit bistrot de la rue Oberkampf. Au centre du chaos, dans le quartier le plus bobo-trash de Paris, là où l’on finit forcément à 3 grammes, en totale errance à la recherche d’un taxi qui ne viendra jamais, d’un velib à chevaucher, d’une sombre boîte à squatter. On se dit d’abord un bistroch’ de plus, bâti sur les ruines d’un vieux rade un peu glauque qui tente d’adopter un look moderne pour s’attirer les faveurs de la populace nocturne un peu jolie, c’est touchant. Jusqu’à ce que l’on cause avec ses gérants, une bande …

Le Perchoir, le dernier Rooftop de Paris

Paris ne compte pas moult bars-sur-toit, et l’on s’en lamente déjà bien assez. Les insupportables new-yorkais d’adoption nous le rabâchent chaque été, lorsque vient le moment de se battre pour une place en terrasse. La littérature (sic) internet abreuve nos boîtes mail de ces « top » de la consommation outdoor : bars avec vue, qu’elle soit en terrasse, au bord de l’eau, sur l’eau, ou encore sur les toits. Les toits oui, mais bien (trop) souvent, ceux des hôtels luxueux, espaces privilégiés pour ce type d’aménagement. Le Perchoir vient ici rompre avec cette injustice qui ouvrait les portes du petit vent d’été aux portefeuilles les plus stylés. Planqué au fond d’une cour, derrière une porte qui n’indique rien (ça fait partie du jeu), le petit ascenseur nous attend. En bas, on peut entendre « appuie sur le 7 et prépare-toi à un choc ». Ouais, ouais, à d’autres. Sont mignons, mais moi on m’la fait pas. Et encore un mea culpa à mon actif. En haut, l’effet waou est bien là. Vue à quasi 360. Disons sur le Paris cool, …

Ouvrir une Noix de Coco : la Méthode Simple et Gratifiante

Il fait chaud. C’est l’été. Ces noix de coco entières vous tendent les bras. C’est frais, exotique, sexy une noix de coco. Et c’est bon (enfin, moins qu’un arôme, détendez-vous). Oui mais voilà, tu te sens un petit peu concon avec ta noix là, dans ton appart. Hein ? Marteau ? Coup de pied (comme tu es naïf) ? La balancer contre le mur peut-être ? Tatata, la solution est simple, et [presque] 100% sûre (je me suis blessée, ok). Et surtout, elle est gratifiante.    

Gossima, le ping pong bar de Paris

Tadam. LE ping pong bar de la capitale est up and running. Caché dans une ruelle calme de Ménilmontant, du genre de celles que l’on aime arpenter seule en pleine nuit. LES INFOS : L’avantage de la localisation est grand : on peut sortir le verre à la main et même faire du bruit. Eehhhh ouais, amis fumeurs ou atteints d’hyperhidrose, sautillez de joie. Oui oui oui. Pas une mince affaire pour un bar à la luminosité incertaine. Traduction sans diplomatie : lumière glauque, comme un petit sentiment d’être en fin de vie de l’ampoule, ‘voyez ? Mais pas comme dans ambiance tamisée d’un établissement de nuit, plutôt à la fois salle d’interrogatoire, grâce aux néons tout à fait charmants. J’en fais des tonnes, mais ça passe, bien sûr. Gossima a l’avantage d’offrir une solution hivernale à la bonne pétanque estivale su’l’Canal. Un bar, une grande salle spacieuse pourvue de 3 tables de jeux, des grandes tables pour ceux qui veulent juste picoler, et encore une salle isolée, que l’on peut réserver pour son anniv …

Le nouveau parcours nocturne des parisiens : le slalom des bars à

Avec la multiplication des « bars à », la soirée du parisien devient riche de wtf*. Parcours type : Boire une bière Faire un p’tit match de ping pong Siroter un verre de vin Manger une tartine Caresser un chat Déguster des fruits de mer Boire une bière Se faire un ping pong S’enfiler un hot dog Faire un ping pong Boire une bière Siffler une bouteille de vin Caresser un chat Engloutir un burger Caresser une table de ping pong Later un chat Boire une bière. KAMOULOX ! *what the fuck. — Quelques adresses originales : Le Café des Chats Projet d’ouverture en cours – dans le Marais, Paris Gossima, ping pong bar 4, rue Victor Gelez – 75011 Paris Philadelphia, bar à tartines éphémère Du 5 au 9 juin 2013 14, rue Jean Jacques Rousseau – 75001 Paris La Fine Mousse, bar à bières 6, rue Jean Aicard – 75 Paris Little Fernand, hot dog spot 45, rue du Faubourg Poissonnière – 75009 Paris Le Fish Club, bar à fruits de mer 58, rue Jean-Jacques Rousseau – …

Le Fish Club, le bar à tapas de la mer

Hey ! Si vous êtes abonnés aux newsletters de « gens branchés », vous avez dû aujourd’hui entendre parler de la nouvelle. Je le savais avant. La rue Jean-Jacques Rousseau a ouvert un terminal de voyage express pour l’Amérique latine, région du ceviche, et surfe sur la tendance tsunami des saveurs de la mer. Ne vous méprenez pas sur son implantation – juste à côté du Beef Club, le resto chic très Fooding des amateurs de viande – car cette proximité est un faux ami. L’esprit du Fish Club, ouvert par l’ECC group, n’est pas une déclinaison iodée de ce dernier, non non, mais bien plutôt un cousin de la Compagnie des Vins Surnaturels. Oui oui oui, réjouissez-vous. Même décor, même esprit. Côté décor : un style très british, mélange de couleurs sombres et motifs aux allures de supperclub. Atmosphère soirée enivrante, fondus dans le brouhaha, éclairés à la lumière des bougies, chauffés par les vapeurs de vins blancs sélectionnés. Coupés du monde. Côté assiette : Les spécialités du Pacifique, sous forme de portions (même les plats à …

Miniatures : le mini gastro de Yoni, un chef au top

Yoni Saada, aka le sosie gastronome de JJG (Jean-Jacques Goldman), en a lourd sous la toque. Il n’a pas gagné Top Chef, mais sorti avec les honneurs dans le top 5, il s’en tire bien. J’ai toujours eu un feeling pour Yoni. Le côté brun typé et chevelu, sans doute. Le mec lexomil, celui qui possède l’étrange et merveilleux don d’apaisement comme le soulignait Naoëlle lors de la finale, l’acolyte mec cool qui calme en deux deux n’importe quel hystérique stressé cyclothymique. Le mec talentueux, surtout, qui sait où il va sans écraser personne, mais pas soporifique pour autant. S’il peut en agacer certains, on finit forcément par adhérer. Ce mec-là n’a pas attendu l’émission pour faire ses preuves. Depuis 7 ans déjà, il est le chef d’un resto gastronomique du 16ème, « Miniatures ». Pas le 16ème qui peut être cool hein, non non le 16ème bien bien endormi, voire comateux, là où il ne se passe rien. Pourquoi ce choix ? « Une erreur de jeunesse », d’après lui ! Oui, car j’ai un peu discuté …

Le Lobster Bar initie Paris au lobster roll

Hellow there ! Ça fait un moment, mais je reviens avec des news toutes fraîches. Le recul est suffisant pour l’affirmer : un nouveau tsunami recouvre la foodosphère parisienne, objet hybride mêlant deux tendances acceptées : le sandwich chic et les fruits de mer. 1. Vive la mer Vous aviez remarqué, non ? Après le chicos bar à huîtres rive gauche, et l’Ilôt, le bar à vins et fruits de mer de l’équipe du Barav, on venait de découvrir le génial Mary Céleste, dans le 3ème. 2. Vive le pain En parallèle, les affûtés du burgers se délectaient de hot dogs, puis se tournaient vers les sandwichs chics. Vas-y que j’te revisite (mot proscrit, je vous l’accorde) le panini, que j’te fasse du sandwich club un objet d’art, et que j’te claque les papilles à coups de tranches de pain sublimée (voir Abri, bande d’incultes). 3. Et pourquoi pas de la mer DANS du pain ?! Le Lobster Bar est donc la combinaison – fortuite à mon humble avis – de ces deux vagues gastronomiques. …

Bob’s Cold Press, nouveau juice bar & Pop-Up au Mary Céleste

Bien le bonjour ! Bobby & friends La bonne nouvelle du lundi vient d’arriver. Connaissez-vous Bob ? Bobby, ce bon naturophile qui prend et presse le meilleur du vert pour les fourrer dans un grand verre ou un sandwich, j’entends par là les établissements de Marc Grossman : Bob’s Juice Bar et Bob’s Kitchen. Mini-échoppe à healthy food près du Canal Saint-Martin et mini restaurant du même acabit dans le 3ème. Il régalait déjà les bobos orthorexiques parisiens de son accent à couper au couteau, ses smoothies et autres jus accompagnés de bagels ou salades de quinoa, plat du jour végétarien et compagnie. Tout ce que j’aime, en somme. « BCP » La bonne nouvelle donc : ce cher Bob ouvre un troisième opus dans le 11ème courant mars, « Bob’s Cold Press », et cerise sur le cake, nous gratifira pour l’occasion d’un bar éphémère au tout nouveau et non moins couru bar à vins et huître le Mary Céleste ! Le topo : un système un peu travaillé de refroidissement barbare, pour conserver les nutriments et offrir des jus …

Le Mary Celeste, bar à vins – à bières – à cocktails – à huîtres

C’est presque épuisant. En tous cas, c’est risible. Le Mary Celeste, c’est le nouveau bar des gars de la Candelaria. Cette dernière mêlait déjà subtilement taqueria et bar à cocktails, que pouvaient-ils trouver ensuite ? Un bar à vins et planches ? Bien trop banal ! Un bar à cocktails ? Come on, on l’a déjà fait. C’est ainsi que naît le bar à vins à bières à huîtres / resto. Je vous l’accorde, ça devient risible. Mais c’est vraiment cool. J’ai rejoint hier mon indic’ préféré de Little Black Book Paris, car sonnait l’inauguration de la Brooklyn Brewery. La bière comme à NYC, accompagnée d’huître. En plein Marais. Peuplé de hipsters, branchés, ou autre terme plus récent qui conviendra, quoiqu’il en soit l’accent américain résonne. Tout ceci est perturbant. J’ai goûté une étrange bière au piment, ça surprend. J’ai toussé, et on m’a dit qu’elle accompagnait à merveille les huîtres. Je suis d’accord, maintenant que j’y pense, ça me rappelle la sauce vinaigrée aux échalotes. Bon, je n’ai pas encore goûté le resto, mais ça va …